Vous êtes ici : Accueil > Ressources > Histoire/géographie > 1ières GA1 et GA2 au musée de la mine à Thio
Publié : 3 novembre 2014

1ières GA1 et GA2 au musée de la mine à Thio

Thio (en langue xârâcùrè) est située sur le côte EST de la Grande Terre, dans la province Sud. Aujourd’hui, la commune comprend 2 629 habitants. Le journal, La France Australe, au début du XXe siècle, la surnommait " Nickel Town".
Effectivement, l’histoire de Thio est liée à l’histoire du nickel est à celle de la SLN.

Les garniérites de Thio

Le train pour le transport du minerai mais aussi des écoliers et employés en promenade les dimanches.

La SLN à Thio dès 1889

La production de minerai a débuté dans la commune vers 1875 et ne s’est pas arrêtée depuis.
La SLN, Société le Nickel, y installe en 1889 sa direction des mines, là où se trouve à l’heure actuelle le musée de la Mine.
Maurice Fels, historien local et notre guide, dit que " toutes les races sont passées à Thio " pour travailler sur les mines : Néo-Hébridais, prisonniers du bagne, Vietnamiens, Japonais, Indonésiens, Kanak, Wallisiens et Futuniens, Européens.

Les ouvriers de la mine avec les pelles et les piochesLe travail sur mine se fait à la pelle et à la pioche avant la mécanisation après la deuxième guerre mondiale. Les femmes travaillent aussi dur que les hommes mais elles sont moins payées et n’ont droit qu’à 24 heures de "congé spécial" pour leur accouchement.
Pour héberger les ouvriers et les cadres, la SLN construit des maisons, des magasins d’alimentation, des dispensaires, des écoles, des routes...
Dans les années 20, Thio est considérée comme la véritable capitale de la Nouvelle Calédonie.

Un voilier minéralier La belle société de Thio

Les deux grandes crises :1930,1975

La crise de 1930, après le krach boursier de 1929 à New York, et le choc pétrolier de 1975 ont réduit l’activité minière de Thio car les prix du nickel ont chuté sur le marché mondial.

La commune de Thio plus présente

Une ancienne maison de la SLNEn 1960, après la création des communes, la SLN va céder à la commune de Thio les infrastructures qu’elle a mises en place. Par exemple, les maisons autour de l’église sont rachetées par la commune puis vendues aux habitants.

Thio, toujours une ville nickel ?

Thio est toujours une ville nickel car elle n’a aucune autre richesse que le nickel. Le tourisme, l’élevage et l’agriculture produisent des revenus insuffisants pour subvenir aux besoins de la commune et de ses habitants. La plupart des mines de Thio sont aujourd’hui fermées, deux sont toujours en activité : la mine du Plateau et celle du Camp des Sapins.

Le convoyeur pour charger les minéraliers

A découvrir : Les conditions de vie des mineurs tonkinois en Nouvelle-Calédonie

Répondre à cet article

4 Messages