Vous êtes ici : Accueil > Archives > 2010 Voyage au japon > Nuit au chalet
Par : TBP3
Publié : 8 octobre 2010

Nuit au chalet

Une nuitée entre amies après une longue journée d’activités et de découvertes.


Cinquième jour.

On quitte nos familles d’accueil pour un week-end à Mino et Gero, à deux heures de route de Gifu.

A Mino, on commence par une nouvelle expérience : la fabrication de papier traditionnel. Le Mino washi (papier de Mino) est un type de papier japonais fabriqué à la main, avec des fibres vagétales de kozo (mûrier). Le Mino washi est utilisé pour la confection des ombrelles et pour les shôji, portes coulissantes des maisons japonaises. Ensuite c’est la visite du musée d’objets anciens.

Après l’atelier de papier et le musée, nous avons déjeuné dans un shokudo, dans le centre ville de Mino.

Bain de piedsNous avons ensuite repris le car, direction Gero à une heure de Mino où nous nous sommes reposées en prenant un bon bain de pieds chaud puis une bonne glace sur le pont de Gero, le "Yamakawa miyageten".

Nous sommes ensuite allées dans un temple bouddhiste, le Onsen-ji sur une haute colline, après avoir monté 173 marches de pierres ! Très belle vue sur l’ensemble de la ville et une tranquillité absolue.


Nuit au chalet Une nuit dans un chaletPour le dîner, nous nous sommes rendues dans un shokudo shizunami où nous avons mangé un mélange riz, viande et légumes : le "tomatodon"...hummmmm !!! Délicieux.

Une petite marche dans les ruelles pour retrouver notre bus, et rebelote nous avons repris la route pour enfin aller nous reposer dans de magnifiques chalets perdus dans la forêt.

6 et 7 élèves par chalet et les professeurs avaient un chalet pour elles toutes seules.....c’est pas juste !

Dans notre chalet n° 1, au bord de la rivière, il y avait Rebecca, Malia, Mélodie, Marie, Maria, Angélique et Andréa. Nous étions cinq à l’étage et les deux autres filles séjournaient en bas, et bien sûr nous avons toutes dormi sur des tatamis.

Il était 21 heures, et personne n’avait sommeil, donc on en a profité pour rendre visite aux camarades des chalets voisins, à la lueur de la torche.

Andréa et Angélique.