Vous êtes ici : Accueil > Le CDI > Le projet éducatif du CDI > Le japon > Le Mont Fuji
Par : 2be3
Publié : 16 juillet 2009

Le Mont Fuji

Le mont Fuji est situé pratiquement au centre de l’archipel japonais, il s’éleve à 3776 mètre au pic appelé Shin-Fuji, c’est le sommet le plus haut, le plus beau du pays. Mais le Fuji est aussi un volcan en activité, de temps à autre il entre en éruption. Depuis des temps les plus anciens, les Japonais voient en lui une divinité sacrée. Le mont-Fuji fait partie du parc national de Fuji hakone-izu. Il est connu pour abriter de rares espèces de lézards, en particulier le lézard takydromus.

Le site est candidat à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007.


Allégorie, devise, figure du Japon

Le mont Fuji est une montagne sacrée depuis le 7ème siècle. Dans le shintoïsme, la légende raconte qu’un empereur ordonna de détruire au sommet de la montagne un élixir d’immortalité qu’il détenait : la fumée qui s’en échappe parfois serait due à ce breuvage qui se consume ! Selon la tradition, les divinités shinto Fuji-hime et sapkyya-hime y habiteraient tout comme kono-banasakyuya-hime , « La princesse qui fait fleurir les arbres » (en particulier les cerisiers). Le bouddhisme vénère sa forme rappelant le bouton blanc et les huit pétales de la fleur de lotus.

Toutes ces raisons font que son ascension est interdite aux femmes jusqu’en 1872. Afin de vénérer les nombreuses divinités des différentes religions, plusieurs sanctuaires ont été bâtis sur ou au pied du volcan et de nombreux torii [1] jalonnent le parcours afin de marquer les limites de l’enceinte sacrée. Plusieurs pèlerinages ont eu lieu comme celui de Hasegawa Takematsu en 1630. C’est à l’époque du décès de Zikiogyo Miroku (1671-1733), mort en jeunant au mont Fuji, que la foi s’est transformée en religion et que l’ ascension est devenue rituelle.

Un lien poétique entre le volcan et l’art japonais

Les Japonais ont développé un lien très fort avec le mont Fuji, et l’histoire de l’art japonais le montre assez. De toutes les œuvres peignant le mont Fuji, la plus ancienne qui nous soit parvenue est un dessin des environs du 6ème siècle. Suscitant l’admiration, la vénération depuis les temps le plus reculés, le mont Fuji apparait souvent dans l’art comme symbole de beauté.

Antique e-maki monogatari christoires illustrés sur rouleau, mandalas, Fuji sankéi vénérant la montagne, estampes ukiyoe, peintures dans le style japonais, sans compter les milliers d’objets artisanaux, le mont Fuji est partout. Il a été l’objet d’un attachement tout particulier des peintres japonais du 19ème siècle qui, comme le maître de l’estampe nippone Katsushika Hokusai (1760-1849) avec ses 36 vues du mont Fuji (1831), a fortement influencé l’impressionnisme européen. En 1835 le peintre japonais publie sa série des 100 vues. En voici quelques unes !

Le mont Fuji vu de Kanagawa, plus connu sous le simple titre “La Vague”

Notes

[1Portail japonais à l’entrée des temples shintoïstes, ils marquent l’entrée dans l’enceinte sacrée.